Login

Bernar Venet au château de Versailles, le making of

Pubblicato da
Lorenzo Paci
il 25 maggio 2011
L'artiste français installe sept sculptures monumentales autour du château à partir du 1er juin. Visite exclusive des coulisses
La perspective depuis l'avenue de Paris est spectaculaire. «Elle devrait surprendre le public et la foule sans fin des touristes», souligne le président Jean-Jacques Aillagon, «satisfait de la monumentalité réussie de ce pari abstrait et minimal». Irriter encore ou adoucir les fidèles Versaillais qui ont pu être franchement agacés par la trilogie néo-pop ou figurative Jeff Koons-Xavier Veilhan-Takashi Murakami. Satisfaire les collectionneurs les plus délirants de Bernar Venet: Coréens, Américains et des grands espaces du Nouveau monde de l'art, comme le Néo-Zélandais Allen Gibbs, qui survole en hélicoptère son parc de sculptures où trônent un Richard Serra, un Anish Kapoor, un Daniel Buren de dimensions martiennes. Et étonner jusqu'aux réfractaires à l'art made in France.

Cette première des sept sculptures de Bernar Venet n'est pas dans le château de Versailles. C'est une introduction impériale du sculpteur dans la ville du roi. Il a fallu des semaines et des prouesses de logistique pour acheminer par camions, spécialement conçus à cet effet, les énormes barres d'acier depuis leur berceau sidérurgique à la fonderie de Liège en Belgique. Mais il a fallu seulement quatre jours pour assembler cet immense mécano comme un envol de métal: ces deux grands arcs constituent l'œuvre baptisée 86,5° Arc x 16 sur la place d'Armes aux pavés ronds (il a fallu la dépaver largement pour ancrer solidement la pièce dans le sous-sol, sans toucher à la géographie souterraine parfois inattendue des canalisations).

Hauts de 22 mètres, les deux arcs «encerclent le statue équestre de Louis XIV comme la couronne de lauriers des empereurs romains», se réjouit Bernar Venet, géant bronzé par ce chantier cyclopéen, que le printemps estival a rendu brûlant. Faux calme enfin détendu après des semaines de doutes, de bataille technique et de recherches de «mécènes et autres concours extérieurs». Ils assument près de 85% d'un projet estimé autour de 2 millions d'euros. L'acier rouillé a une patine ocre, dorée, bronze, selon l'incidence de la lumière. Sous la pluie, il sera comme verni. Derrière ces deux parenthèses abstraites et monumentales qui défient la gravité, la prise au vent comme les mâts d'un navire et l'histoire majestueuse de Versailles, se découpe le château lui-même. Par beau temps, l'image est cinématographique. En exclusivité et en avant-première, Le Figaro vous dévoile le montage extraordinaire de ce «geste abstrait» au royaume de Mansart et du délicat baroque.

Par Le Figaro - Valérie Duponchelle

http://www.lefigaro.fr/culture/2011/05/24/03004-20110524ARTFIG00593-bernar-venet-au-chateau-de-versailles-le-making-of.php

Argomenti

  • Pittura
  • Fotografia
  • Fashion & Style
  • Corsi e Concorsi
  • Video, Cinema e Musica
  • Illustrazione
  • Libri d'Arte
  • Tecnica
  • Mostre
  • Design

commenti

Per commentare ed interagire devi registrarti
politica editoriale note legali FAQ chi siamo pubblicizzati servizi

Copyright © 2013 EQUILIBRIARTE All Rights Reserved