Login

La nouvelle peinture roumaine

Pubblicato da
Niccolò Moscatelli
il 19 novembre 2013
L'exposition à l'Espace Louis Vuitton nous surprend

L’Espace Culturel Louis Vuitton est le lieu d’une des expositions les plus intrigantes de cette année 2013 parisienne : Scènes Roumaines  nous surprend par son audace et par son originalité au sein d’une scène qui n’est pas toujours au niveau des attentes. Scène Roumaines poursuit le cycle d’expositions initié en 2006 à l’Espace Culturel Louis Vuitton avec le but d’explorer les scènes artistiques de pays étrangers qui n’ont pas toujours une voix dans le débat de l’art contemporain. Cette exposition nous permet donc d’ouvrir une porte sur un pays, la Roumanie, qui tout en ayant donné naissance à des artistes d’importance internationale (Brancusi, Tzara, Ionesco…) s’est tue pendant toute la période de domination communiste.


Dans cette exposition sont représentées deux générations différentes qui se côtoient et s’influencent. D’une part, les artistes qui ont grandi et créé sous le bloc soviétique, de l’autre, les jeunes, nés dans une Roumanie changée et prête à l’ouverture internationale. Il est très intéressant de remarquer comment cette nouvelle génération, même si beaucoup plus impliquée dans le marché mondial, ne perd jamais de vue sa « roumanité », héritée des artistes qui l’ont précédée. En effet, l’intérêt d’une exposition comme celle-ci est aussi de faire connaître, à travers les jeunes artistes, ceux qui les ont plus influencés et qui ont construit leur actuelle identité artistique. On voit alors les travaux de Ion Grigorescu, un des plus grands artistes de la Roumanie communiste, de Iona Batranu et de Geta Bratescu, artistes parfois méconnus en Europe, mais d’une qualité incontestable et qui mériteraient beaucoup plus de place sur la scène internationale.
A coté de ces maitres on découvre des jeunes créateurs très prometteurs qu’on retrouve déjà dans les galeries de New York à Berlin, artistes comme Mircea Suciu, Bogdan Vladuta, Dan Beudean ou encore Simon Cantemir Hausi. Ces artistes, opérant dans la ville périphérique de Cluj-Napoca, produisent leurs œuvres au sein de la Fabrica de Pensule, une ancienne usine de pinceaux renouvelée et transformée en espace artistique d’expression libre, tout medias et techniques confondus. Mais loin de vouloir affirmer l’existence d’une « école de Cluj » (comme on a déjà essayé de le faire), l’exposition veut plutôt souligner le caractère hétéroclite de ces œuvres même en restant liées par leurs origines, leur vraie source.


« Scènes Roumaine » est avant tout une exposition de peinture, un choix que l’on peut définir courageux. Malgré les enterrements, tous les cercueils que l’on lui a construit tout au long du XX siècle, la peinture n’est pas morte, au contraire elle est bel et bien vivante, en renaissant dans des lieux inattendus, comme la Roumanie post-soviétique.
Dans le monde de l’art contemporain occidental, où la « multi-medialité » et la création conceptuelle sont surexposées, une exposition comme « Scène Roumaines » devient un moment de calme et de réflexion à travers des images qui flottent entre critique socio-politique et spiritualité profonde.

Argomenti

  • Pittura
  • Fotografia
  • Fashion & Style
  • Corsi e Concorsi
  • Video, Cinema e Musica
  • Illustrazione
  • Libri d'Arte
  • Tecnica
  • Mostre
  • Design

commenti

Per commentare ed interagire devi registrarti
politica editoriale note legali FAQ chi siamo pubblicizzati servizi

Copyright © 2013 EQUILIBRIARTE All Rights Reserved